Real+Madrid+v+BATE+Borisov+UEFA+Champions+SzhTbMxs0oslAprès une saison blanche (seulement 178 minutes de jeu avec le Bétis), et la certitude de n’avoir pas plus de chance à compter de la prochaine, le néerlandais a décidé d’étudier les propositions qui s’offraient à lui. L’une d’entre elle portait donc au Danemark, dans le tout jeune club de Midtjylland, crée en 1999, qui a manifesté sa confiance à l’égard du joueur. Un élément fondamental dans la situation de Van Der Vaart. Les raisons de son choix : l’assurance d’un temps de jeu conséquent, la possibilité de jouer l’Europe et un rôle de guide, pour celui qui a connu les plus grands clubs d’Europe. Grandir, c’est l’ambition de Midtjylland, qui a été sacré champion du Danemark pour la première fois il y a un an. Grâce à la participation du Bétis au règlement du salaire de Van der Vaart, ce dernier pourra signer dans le club danois, pour les deux ans restant à son contrat. On retrouvera donc son fameux pied gauche lors des affiches d’Europa League.

Au delà de ses considérations sur la volonté d’aider un jeune club et de retrouver du temps de jeu, sa destination n’en reste pas moins surprenante dans une période où beaucoup de joueurs, même jeunes, s’orientent vers des destinations d’un tout autre exotisme… La Chine, les Emirats ou la Turquie, représentent des mannes financières bien plus importantes, quand bien même le sont elles parfois au détriment de l’aspect sportif. Van Der Vaart est donc une exception, lui qui a visité les installations du modeste club danois, qui est tombé d’accord avec son président, qui a choisi de se rendre utile et de continuer à jouer au football.

Le néerlandais, qui a connu les 80 000 places du Bernabeu, jouera désormais devant un peu plus de 10 000 spectateurs, appuyant encore le dépaysement de cette nouvelle experience. Après l’Euro 2008, durant lequel il avait brillé, comme toute son équipe, il avait suscité les vues des plus grands clubs, dont la Casa Blanca. Il rejoint donc sont compatriote, Wesley Sneijder, arrivé un an plus tôt, contre la somme de 15M€. Lors de sa première année, il montre de belles dispositions, avec 5 buts et 6 passes décisives toutes compétitions confondues. Un an plus tard il réalise une saison avec des chiffres quasi-identiques, mais insuffisant pour le Real Madrid, qui le vendra aussitôt à Tottenham, où il entamera une des plus belles périodes de sa carrière. Un court passage, mais quelques apparitions remarquées, c’est ainsi que pourrait être qualifiée l’expérience de Van Der Vaart sous la maillot merengue qui, faut il le rappeler, n’offre jamais une grande marche de manœuvre à ses joueurs. On se rappellera pourtant de ce triplé contre le Sporting Gijon, témoignage d’un touché de balle et d’une grâce qui lui sont propres et dont on ne souhaite que de futurs exemples.